Esteban le berger de la Chaîne des Puys

Le berger mobile de la Chaîne des Puys.

Au cœur de la Chaîne des Puys, le son des sonnailles annonce un troupeau de brebis…

Le parc régional des Volcans d’Auvergne gère un projet de pastoralisme sur différents sites autour du Puy-de-Dôme. 

Plusieurs buts à cette estive mobile : faire pâturer les bêtes, réouvrir les milieux naturels délaissés par la présence humaine, limiter la prolifération de certaines essences non endémiques, et sensibiliser les randonneurs et autres usagers de la Chaîne des Puys à la préservation du territoire.

 

Esteban le berger, et Totem son chien ont la responsabilité d’un troupeau de 49 ovins Rava (race locale). Les brebis appartiennent au lycée agricole de Rochefort Montagne. 

Totem, border-collie, exécute les ordres d’Esteban, et veille sur le troupeau. Ensemble, ils mènent les brebis sur les pentes des volcans auvergnats.

C’est au cours du mois de mai 2021 que l’estive démarre. Le départ s’organise, les brebis sont alors embarquées dans un convoi en direction du premier site : le Puy de Vichatel. Verdoyante par les pluies printanières, la zone est idéale pour le pâturage. Une fois toutes les bêtes arrivées, un moment de calme leur est offert dans la prairie au pied de la montagne. Esteban en profite pour monter en pickup en direction du cratère. Le sommet du Puy sera leur site pour les semaines à venir. Il leur installe une réserve d’eau ainsi qu’une pierre à sel et vérifie les clôtures déjà en place.

Tout est prêt. De retour auprès d’elles, ils s’élancent dans l’ascension pour démarrer la saison. Dans un rythme moyennement soutenu, la montée s'effectue. Il est important pour les jeunes brebis, de prendre le temps de découvrir leur nouvel environnement.

Brebis RAVA
Brebis RAVA

Troupeau de brebis Rava, avant le départ pour l'estive.

press to zoom
Brebis RAVA
Brebis RAVA

Chargement des brebis pour le départ pour l'estive.

press to zoom
Berger et son troupeau.
Berger et son troupeau.

Esteban au sommet de Puy de Vichatel.

press to zoom
Brebis RAVA
Brebis RAVA

Troupeau de brebis Rava, avant le départ pour l'estive.

press to zoom
1/10
 

Quelques semaines se sont écoulées… Une trentaine de kilomètres plus au nord, Esteban se trouve sur le Puy de Jume. L’accès est plus difficile. Il ne peut monter au sommet qu’à pied. Cette contrainte l’oblige à faire des aller-retours en bas de la montagne pour faire boire les bêtes. La topologie et la flore sont différentes du premier puy. Le cratère de ce dernier est fermé par une végétation très dense. En descendant dans celui-ci, je découvre Esteban en compagnie de sa femme et de sa fille, venues le rejoindre quelques jours. Les arbustes sauvages limitent l’accès. Le cœur de mission du troupeau mobile est là. Les brebis doivent se repaître d’un maximum de jeunes pousses de noisetiers, pour en limiter la propagation. Les genêts ne sont pas en reste non plus. Afin d’optimiser l’effet du troupeau sur la plus grande partie du site, Esteban organise différents circuits. 

Avant le départ, une vérification des pieds des bêtes est très importante. La brebis ne montre aucune faiblesse. Quand une brebis boîte, c’est le signe d’une blessure avancée. Même si le loup n’est pas actif dans notre région, les brebis se transmettent la crainte de la prédation depuis plusieurs générations.

L’un des maux de la brebis est le piétin. Pour en limiter son apparition et éviter la stagnation des saletés, Esteban leur taille régulièrement la corne des onglons. Après cette pédicure et un changement de collier de sonnaille: place au départ. 

La journée commence le long des pentes d’herbe verte. Sa fille sur le dos, la montée se fait en douceur, freinée par la végétation dense et le sol rocailleux. Les bêtes prennent le temps de se régaler de fleurs et de feuilles appétantes. 

Quelques heures plus tard, nous rejoignons une zone de chôme* (*temps de repos des brebis entre deux cycles d’alimentation). C’est une aire où le troupeau a pris l’habitude de se reposer et ruminer. Auprès de bêtes, Esteban et sa petite famille en profitent pour déjeuner avec une vue privilégiée sur les Puys. Une fois le pique-nique fini, Esteban accompagné de Totem va repérer son prochain itinéraire sur le sommet voisin. Les brebis, elles, finissent de chômer en paix.

De retour auprès du troupeau, Esteban prévoit son passage sur la nouvelle zone pour les jours à venir. Beaucoup de travail attend les brebis, qui se remettent en ordre de marche au retour de leur berger. Le circuit reprend, avec un passage sur le sommet, avant d’entamer la descente dans le cratère pour passer la nuit.

 
Berger mobile
Berger mobile

Le berger coupe la corne des onglons d'une brebis.

press to zoom
Berger mobile
Berger mobile

Changement de collier d'une sonnaille.

press to zoom
Berger et son troupeau
Berger et son troupeau

Descente dans le cratère du Puy de Jume pour la fin de journée.

press to zoom
Berger mobile
Berger mobile

Le berger coupe la corne des onglons d'une brebis.

press to zoom
1/7

De retour sur le premier site, je retrouve Esteban quelques semaines plus tard. Les journées chaudes de l’été sont bien installées. L’estive suit son cours sans incident. Je  prévois de passer la nuit en leur compagnie. Un magnifique coucher de soleil nous accompagne. C’est dans la poussière ocre de la terre sèche, qu’ Esteban regroupe son troupeau. Dans les dernières lueurs du soleil, au sommet de la montagne, un pique-nique bien organisé débute. Totem, avale rapidement sa ration de croquettes, puis nous rejoint dans l’espoir de se joindre à notre repas. Une fois le dîner terminé, nous redescendons dans le cratère pour nous reposer. C’est au son des cloches, que nous nous endormons. 

 

Au lever du jour, les restes d’une légère brume disparaissent. Le troupeau va finir de se réveiller dans les premiers rayons du soleil. 

Pour entretenir leur relation, Esteban met Totem au travail. La séance d’exercice comprend le rabattage du troupeau, les déplacements du chien ordonnés par son maître. Une fois les brebis parquées dans un filet, le binôme continue ses exercices de déplacements dans et hors de l’enclos.

Toutes les situations de travail rencontrées sont revues par le duo. 

Une fois la séance finie, les affaires du bivouac récupérées, tout le monde redescend au pied du Puy. 

Esteban, ayant droit à quelques jours de repos, il laisse les brebis dans la prairie, pour faciliter le travail de sa remplaçante. 

Je retrouverai Esteban quelques jours plus tard pour une activité très particulière autour des brebis. 

Berger et son troupeau
Berger et son troupeau

Fin de journée et fin de circuit au sommet du Puy de Vichatel.

press to zoom
Berger et son troupeau.
Berger et son troupeau.

Dans les derniers rayons du soleil, le berger regroupe son troupeau.

press to zoom
Berger mobile.
Berger mobile.

Le troupeau de Rava est arrivé dans la prairie.

press to zoom
Berger et son troupeau
Berger et son troupeau

Fin de journée et fin de circuit au sommet du Puy de Vichatel.

press to zoom
1/12
 

De retour dans la prairie, une matinée assez spéciale démarre.

Quelques semaines auparavant, les brebis ont reçu la visite d’un bélier... Cette matinée est donc dédiée aux échographies ! Deux techniciens agricoles aidés du personnel du lycée sont présents. Ils sont équipés d'échographes portables. La modernité facilite les difficultés du métier de berger. Les brebis sont examinées les unes après les autres. Les pleines et les “vides” sont séparées afin de prévoir un nouveau passage du bélier. Pour pouvoir les différencier, un coup de bombe de peinture est donné sur la laine. Bleu pour les pleines, vert pour les vides. Beaucoup de bleu pour les brebis d’Esteban ! De nombreux futurs agneaux à venir.

Berger et son troupeau.
Berger et son troupeau.

Esteban accompagné des techniciens participe aux échographies.

press to zoom
Berger et son troupeau.
Berger et son troupeau.

Dans l'attente des échographies, le troupeau reste sous bonne garde.

press to zoom
Berger et son troupeau.
Berger et son troupeau.

Sortie de la brebis après son examen.

press to zoom
Berger et son troupeau.
Berger et son troupeau.

Esteban accompagné des techniciens participe aux échographies.

press to zoom
1/9
 

L'automne se rapproche à grands pas. Le troupeau a été transporté en zone périurbaine, proche de Clermont-Ferrand : le Puy de Marmant.

Un réel contraste avec les paysages de la Chaîne des Puys, bien plus hauts en altitude. Les circuits sont petits sur ce site dont une partie est préservée du passage du troupeau. Toujours dans l’optique de la protection des milieux, certaines parcelles étant très fragiles, le seul passage du troupeau peut abîmer la flore ainsi que le sol. De plus, toutes les brebis étant pleines, Esteban les préserve de longues marches.  

 

Il profite de ses derniers moments de berger avant la saison froide. 

Sous le soleil automnal, assis dans l’herbe avec Totem dans les bras, les souvenirs de bergers d’antan s'imposent à son esprit. 

Berger : plus qu’un métier, une passion, un patrimoine légué par nos anciens. Il ne reste plus que quelques jours avant de clore cette belle aventure. Ce site est le dernier de l’estive. Dans quelques jours, les brebis seront de nouveau transportées vers un lieu appartenant au Lycée. Elles rentreront ensuite à la bergerie, pour l’hiver.

Berger mobile.
Berger mobile.

Esteban descend en contrebas du Puy de Marmant pour récupérer le troupeau.

press to zoom
Berger mobile
Berger mobile

Esteban sort les brebis de leur enclos de nuit.

press to zoom
Berger mobile.
Berger mobile.

Fin de journée pour Esteban. Il Veille une dernière fois sur le troupeau avant la nuit.

press to zoom
Berger mobile.
Berger mobile.

Esteban descend en contrebas du Puy de Marmant pour récupérer le troupeau.

press to zoom
1/12
 

C'est dans une brume épaisse que se déroule le dernier jour d’estive.

La météo est-elle aussi, triste de voir la saison se finir ?

Une fois la petite troupe réunie au filet installé par Esteban quelques instants plus tôt, le berger s’empare de sa houlette, outil traditionnel. A l’aide de celle-ci, il attrape les brebis pour commencer à retirer quelques sonnailles. Quand le troupeau ne sonne plus, le retour à la bergerie est annoncé. 

Esteban est ému. Le plaisir de retrouver ses proches se mêle à la peine de quitter le troupeau dont il avait la charge. 

Perçant la brume, les véhicules arrivent. Les brebis sont chargées et acheminées pour retrouver le reste du troupeau du lycée agricole.

 

La fragilité de l’instant me gagne. Les souvenirs partagés à ses côtés surgissent durant mes dernières prises de vues.

Berger mobile.
Berger mobile.

Esteban prépare le filet sur la zone de départ. L'ambiance de la matinée est à la hauteur des sentiments.. Lourde.

press to zoom
Berger et son troupeau.
Berger et son troupeau.

Une fois le filet installé, Esteban prépare la batterie qui fournit l'électricité.

press to zoom
Berger mobile.
Berger mobile.

Le véhicule part... Rendez-vous au printemps prochain.

press to zoom
Berger mobile.
Berger mobile.

Esteban prépare le filet sur la zone de départ. L'ambiance de la matinée est à la hauteur des sentiments.. Lourde.

press to zoom
1/22
 

Une dernière étape pour Esteban : la présentation de son bilan d’estive au Parc régional des Volcans d’Auvergne. Il se fait en présence de la responsable du troupeau du Lycée agricole, de la responsable des gardes nature et de la conservatrice des espaces naturels. 

 

Ce bilan permet d’anticiper les améliorations à apporter pour les prochaines estives. 

 

Esteban, Totem et le troupeau mobile reprendront le chemin des Puys au printemps 2022.

FRANCE - MOBILE SHEPHERD-63.jpg

J’adresse mes remerciements à Madame Chartreux, attachée de presse CD63, pour m’avoir facilité les prises de contacts pour la réalisation de ce reportage.

Je remercie aussi Madame Chazal, responsable agricole du lycée agricole de Rochefort-Montagne, pour les échanges et la mise en relation avec Esteban.

 

Un remerciement très particulier à Esteban. De superbes moments partagés avec lui.

Merci de t’être soumis au jeu de la photo… 

De magnifiques souvenirs !  

 

Et bien sûr une tendre caresse pour Totem !

Une pensée en demie teinte pour cette brebis qui a grignotée un morceau de ma veste lors d'une petite pause café...

Si vous souhaitez un tirage ou diffuser le reportage, n’hésitez pas à me contacter.